Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Concertation nationale sur la vaccination

L’obligation, c’est la décision éclairée.

La concertation sur les vaccins, dont la feuille de route était de relever le niveau de confiance dans les vaccins et le taux de couverture vaccinale, s’avère un échec complet. Le rapport final est un (...)

Actualités

illustration d'actualités

Octobre rose, et après ?

Les brutes en rose courent toujours

Histoire de maltraitance du dépistage

En occident, le rose est la couleur de la candeur, de la tendresse et, par extrapolation sexiste, la couleur de la féminité. On dit aussi que c’est la couleur de la vie quand on pense que tout va bien, que (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Médiathèque
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
mercredi 25 janvier 2012 - par Bernard JUNOD

Janvier 2012 - nouvelle référence sur le dépistage du cancer du sein

Interview de Peter Gøtzsche

l’auteur du livre "dépistage par mammographie : vérité, mensonges et controverse"

Peter Gøtzsche, directeur de l’institut Cochrane nordique vient de publier un ouvrage de 400 pages en anglais chez Radcliffe :

Dépistage par mammographie : vérité, mensonges et controverse

Voici la traduction de son interview par Jane Garvey diffusée le 23 janvier 2012 sur BBC 4.

.

JG :
« Peut-on justifier le dépistage du cancer du sein ? Non, selon un chercheur de pointe dans ce domaine depuis plus de 10 ans, le professeur Peter Gøtzsche du Centre Cochrane nordique de Copenhague.
Professeur Gøtzsche, pouvez-vous expliquer pourquoi le dépistage de masse n’est pas une bonne idée ? »

PG :
« C’est à cause d’études récentes venant de plusieurs pays qui n’ont pas trouvé de lien entre introduction du dépistage et réduction de la mortalité par cancer du sein. La diminution de mortalité par cancer du sein est en fait essentiellement le résultat de l’amélioration des traitements. »

JG :
« Elle n’a alors rien à voir avec le dépistage ? »

PG :
« Je ne peux discerner, dans les études scientifiques récentes, l’effet du dépistage du cancer du sein et il faut se rendre compte que même s’il y avait un petit effet, il serait contré par les inconvénients du dépistage. Le dépistage produit beaucoup de diagnostics de cancer du sein chez des femmes en santé qui n’auraient jamais développé de symptôme de cancer du sein pendant toute leur vie. Lorsque vous traitez ces femmes, par exemple par radiothérapie ou par chimiothérapie, vous augmentez le risque de décéder d’une affection cardiaque ou d’un cancer d’une autre localisation. »

JG :
« Alors pourquoi ces femmes sont-elles traitées ? Qu’est-ce que le dépistage leur a trouvé ? »

PG :
« Le dépistage trouve beaucoup de cancers inoffensifs et de lésions précancéreuses que les femmes auraient eu avantage à ne pas traiter. Mais le grand problème, c’est que l’examen au microscope ne permet pas de distinguer un cancer dangereux d’un cancer inoffensif si bien que vous devez tous les traiter. En procédant de la sorte, vous transformez inutilement des femmes en pleine santé en patientes cancéreuses. »

JG :
« Mais le directeur de notre service national de santé affirme que les femmes qui se font dépister régulièrement de 50 à 69 ans ont moins de risque de décéder d’un cancer du sein. Comment l’expliquez-vous ? »

PG :
« C’est ce que j’explique dans mon livre qui vient d’être publié : en examinant soigneusement les études scientifiques, je doute que le dépistage du cancer du sein prolonge la vie des femmes, ce qui est le point crucial : nous souhaitons tous vivre plus longtemps. »

JG :
« A votre avis, quand est-ce qu’une mammographie est indiquée ? »

PG :
« Elle est absolument indiquée lorsqu’une femme a remarqué un changement dans un sein, comme une grosseur, qu’elle s’inquiète d’avoir un cancer et qu’elle va voir un médecin. La mammographie est un outil diagnostique utile dans ce cas. Mais c’est autre chose lorsqu’on l’utilise pour dépister toute une population à un âge donné. »

JG :
« Alors, qu’est-ce que les femmes doivent faire ? s’examiner par elles-mêmes ? »

PG :
« Nous avons également fait une revue scientifique de l’auto-examen des seins selon les règles du réseau Cochrane. Il s’avère qu’examiner ses seins régulièrement, par exemple chaque mois, n’a en fait pas d’effet, si ce n’est d’augmenter le nombre de biopsies. Ainsi, nous ne pouvons pas recommander l’auto-examen. Comme elles l’ont toujours fait, les femmes devraient consulter leur médecin si elles trouvent quelque chose d’inhabituel, mais pas s’examiner régulièrement. C’est sans effet. »

JG :
« Ne pas s’examiner régulièrement ? »

PG :
« Cela double le nombre de biopsies et introduit aussi beaucoup d’anxiété, évidemment. Ainsi, il est généralement admis actuellement que les femmes ne devraient pas être conseillées de s’examiner tous les mois. »

JG :
« Je dois vous dire que j’ai vu mon médecin la semaine passée et qu’il m’a justement demandé de le faire. »

PG :
« Il va à l’encontre des recommandations. Même l’association américaine contre le cancer qui est très favorable au dépistage recommande actuellement de ne pas s’examiner régulièrement les seins. »

JG :
« Merci d’avoir répondu ! Le Ministère de la santé m’a demandé d’annoncer ce qui suit : notre programme de dépistage a été régulièrement évalué et nous avons noté des divergences entre scientifiques à propos du dépistage. Pour établir un consensus, Mike Richard qui dirige le programme national de dépistage du cancer a prévu de réexaminer les faits en partenariat avec Harpal Kumar, directeur de la recherche sur le cancer au Royaume Uni. »

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • mardi 7 février 2012 - par Dr Alain Martinole Repondre

    Interview de Peter Gøtzsche

    commandé il y a deux jours, indiqué par Dr André Magnouat sur une liste de discussion, je vois que le formindep a de l’avance, encore !