Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
dimanche 6 avril 2008 - par Philippe FOUCRAS

Formation médicale des firmes pharmaceutiques

Le coût de la philanthropie

Les chiffres australiens

Comment et combien les firmes pharmaceutiques investissent dans la formation des médecins. L’Australie révèle les faits et les chiffres. Edifiant.

.

Le 18 mars dernier, pour les besoins d’un documentaire, je me trouvais au salon du Médec à Paris. Présenté comme le « congrès de la médecine générale », le Médec n’est autre qu’une annuelle foire commerciale et industrielle à la médecine à laquelle quelques institutions publiques, associations et notables donnent une malheureuse caution.

Lors de cette visite, le représentant d’une multinationale du médicament m’expliqua avec conviction que les actions de formation médicale déployées par sa firme n’étaient, je cite, que « pure philanthropie ». Ces formations médicales organisées et financées par sa firme, avec la caution des organismes officiels de formation médicale continue, n’avaient pour finalité, selon lui, que le seul intérêt des médecins et de leurs patients.

Profondément ému par un tel désintéressement, je me suis toutefois demandé combien les firmes pharmaceutiques pouvaient dépenser pour ces contributions à la formation des médecins et, à travers elles, au bonheur de l’humanité ?

Hélas, en France ces informations sont inaccessibles. Les firmes et l’Ordre des Médecins qui en est pourtant informé les tiennent cachées. La vraie charité ne s’étale pas et doit savoir rester pudique.

Mais en Australie c’est différent. En effet, depuis 2006, la "Commission australienne du consommateur et de la concurrence" exige des firmes pharmaceutiques australiennes qu’elles publient chaque mois les informations sur les événements qu’elles organisent pour les médecins. Ainsi elles doivent communiquer entre autres le thème, le nombre de participants et le coût de ces événements.
Sans doute mu par la même légitime pudeur qu’en France, Medecines Australia, l’équivalent australien du Leem, avait déposé un recours au tribunal pour faire interdire cette mesure. Mais l’obligation s’applique.

Ainsi apprend-on dans cet article du British Medical Journal du 5 avril 2008 que dans les six derniers mois de 2007, 43 firmes pharmaceutiques implantées en Australie ont organisé plus de 14 663 événements pour un total de 18,1 millions d’euros, qui ont attiré 358 221 professionnels de santé. [1]

Les contributions de chaque firme peuvent être consultées et téléchargées sur le site de Medicines Australia.

De beaux chiffres parlant mieux que de longs discours, je ne peux résister au plaisir de proposer aux internautes la liste des contributions à la formation des médecins australiens de deux de ces multinationales philanthropiques. J’ai choisi Pfizer en raison de sa première place mondiale et Sanofi-Aventis pour ses origines françaises.

PDF - 228.3 ko
Formations Pfizer en Australie
PDF - 268 ko
Formations Sanofi-Aventis en Australie

Attention les dossiers sont épais - 64 pages pour l’un et 31 pages pour l’autre - et il faut garder à l’esprit qu’ils ne concernent que les 6 derniers mois de 2007. N’oublions pas non plus que le coût de ces petits fours, rafraichissements, hébergements, voyages, et autres prestations "pédagogiques" est inclus dans le prix des médicaments qui sont prescrits et que les assurances maladie remboursent.

JPEG - 36.9 ko

Dans un communiqué, la présidente de l’Association des médecins australiens rappelle la chance qu’ont les patients australiens d’avoir accès aux médicaments innovants et que les médecins sont "hautement formés à penser de façon indépendante et à décider dans le seul intérêt des patients". Quant au ministre australien de la santé, il a refusé de commenter mais a rappelé dans d’autres circonstances que les prescriptions ne devraient jamais être influencées par des partenariats, mais qu’il était hors de question que le gouvernement restreigne l’implication des firmes dans la formation des médecins.

On reste confondu devant tant de générosité industrielle, de naïveté médicale et d’hypocrisie gouvernementale. Mais heureusement pour nous, Français, tout cela se déroule à l’autre bout de la terre, sur des terres sauvages, là où la médecine n’est pas la meilleure du monde.

[1Les mauvais esprits qui souhaiteront faire une extrapolation de la situation australienne à la France doivent savoir que l’Australie comptait en 2006 un peu plus de 20 millions d’habitants pour environ 60 000 médecins, et la France 62 millions d’habitants pour plus de 200 000 médecins.

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • jeudi 10 avril 2008 - par Philippe FOUCRAS Repondre

    Extrapolons à la France

    A partir des données fournies dans cet article sur les formations financées par les firmes en Australie, extrapolons à la
    situation française, puisque le niveau d’opacité en France ne permet pas
    d’avoir d’informations sur ces questions.

    Le niveau de preuve de ce travail sera faible, mais il sera de fait bien
    supérieur à celui des informations officielles sur le sujet.

    Rappel des chiffres australiens :

    Dans les six derniers mois de 2007, 43 firmes pharmaceutiques implantées en
    Australie ont organisé plus de 14 663 événements pour un total de 18,1
    millions d’euros, qui ont attiré 358 221 professionnels de santé.

    L’Australie comptait en 2006 un peu plus de 20 millions d’habitants pour
    environ 60 000 médecins, et la France 62 millions d’habitants pour plus de
    200 000 médecins.

    Il y a donc en France à peu près 3 fois plus d’habitants et 3,5 fois plus de
    médecins qu’en Australie.

    On ne tiendra pas compte du fait que la pression commerciale des firmes en
    France est une des plus élevées du monde,
    comme le rappelle le rapport de
    l’IGAS sur l’information des généralistes sur le médicament
    . Les chiffres
    proposés seront sans doute dans la fourchette basse de la réalité.

    Cela nous donne donc sur une année pleine en France :

    Environ 100 000 événements financés intégralement par les firmes,
    pour un budget de l’ordre de 130 millions d’euros,
    qui généreraient plus de 2 millions de contacts avec les professionnels de
    santé
    .

    Plus de 2 millions de contacts pour 200 000 médecins. Si on déduit les
    autres professions de santé touchées par les firmes, mais de façon marginale
    encore (infirmiers, kinés, etc.) et les quelques médecins qui n’ont pas de
    relations avec les firmes, encore plus marginal, on peut estimer qu’en
    moyenne un médecin français a près de 10 contacts par an avec une
    pseudo-formation industrielle, soit environ 1 par mois
    (en tenant compte des
    congés).

    Tout cela ne concerne évidemment pas la visite médicale (25 000 euros par an
    et par médecin, soit 5 milliards d’euros
    ), ni la presse médicale, ni les
    formations où s’exerce l’influence invisible, car organisées par d’autres
    que les firmes, en particulier les prestataires et les sociétés savantes,
    organismes de formations, etc.

    Cette estimation ne constitue donc qu’une toute petite partie de l’iceberg
    de l’influence industrielle.

    Et tout ça par pure philanthropie, et avec la conviction du milieu médical
    que cela n’influence en rien son indépendance et se décisions, qu’il est
    capable de faire la part des choses, et que les chartes et les déclarations
    de bonnes intentions le protège efficacement...