Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Concertation nationale sur la vaccination

L’obligation, c’est la décision éclairée.

La concertation sur les vaccins, dont la feuille de route était de relever le niveau de confiance dans les vaccins et le taux de couverture vaccinale, s’avère un échec complet. Le rapport final est un (...)

Actualités

illustration d'actualités

Octobre rose, et après ?

Les brutes en rose courent toujours

Histoire de maltraitance du dépistage

En occident, le rose est la couleur de la candeur, de la tendresse et, par extrapolation sexiste, la couleur de la féminité. On dit aussi que c’est la couleur de la vie quand on pense que tout va bien, que (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
samedi 27 octobre 2012 - par Philippe FOUCRAS

Shameshine Act

Bon appétit messieurs...

Réunion au ministère de la santé de l’industrie pharmaceutique

En septembre, j’ai participé en tant que président du Formindep à deux réunions au ministère de la santé. Il s’agissait de réunions de travail pour élaborer le décret de loi mettant en place le "Sunshine Act" à la française, du nom d’une loi étatsunienne équivalente. Il s’agit, en application de la nouvelle loi sur le médicament issue du drame du Mediator, pour les firmes pharmaceutiques de rendre publiques les conventions qu’elles passent avec les professionnels de santé ou leurs associations, ainsi que les avantages en nature ou en espèces qu’elles leur procurent.

Ces conventions, plusieurs dizaines de milliers par an selon l’ordre des médecins, ces avantages, parfois très petits au point de paraître insignifiants aux yeux de ceux qui les reçoivent, mais efficaces du fait même de cette insignifiance, ou alors très importants, plusieurs centaines de milliers voire millions d’euros pour certains leaders d’opinions hospitalo-universitaires, constituent le bain nourricier qui permet à l’industrie pharmaceutique de maintenir sous sa dépendance l’ensemble du milieu médical, des plus petits aux plus gros et, on l’a vu avec le Mediator, les autorités de santé qui utilisent les experts du dit milieu.

Rendre visibles ces liens ce serait permettre aux citoyens, usagers de santé, d’évaluer en toute transparence le niveau d’indépendance de ceux qui les soignent, et de faire des choix en conséquence, au mieux de leur santé.
Rendre visibles ces liens ce serait permettre aux professionnels de santé d’ouvrir les yeux sur l’importance des influences qu’ils subissent, et alors de faire les choix éthiques et déontologiques pour s’en libérer si possible.
Rendre visibles ces liens ce serait œuvrer à l’intérêt général, pour un système de soins qui chercherait à se libérer des influences qui altèrent sa mission et ont abouti à des drames comme ceux du Mediator, du Vioxx, et d’autres.

Pour cela la loi devrait permettre à tout citoyen d’accéder facilement à ces données. Comme cela est prévu aux USA, ces informations nominatives, fournies par l’industrie, seraient regroupées sur un site public, facile d’accès, où tout montant versé serait déclaré, du plus petit au plus gros. Libre aux citoyens d’apprécier ensuite, en toute intelligence et responsabilité, si ces liens sont susceptibles d’influencer positivement ou négativement les soins et les informations de santé qu’ils reçoivent.

Voilà ce que devait être une loi de santé publique responsable et honnête à la suite du drame du Mediator. Voilà ce qu’attendaient et demandaient les représentants de l’ordre des médecins, de la revue Prescrire et du Formindep, invités à ces réunions de travail.

A l’issue de la deuxième réunion, Prescrire et le Formindep ont estimé, chacun de leur côté, qu’ils n’avaient plus de temps à y perdre. A l’issue de la troisième réunion, l’ordre des médecins, qu’on a connu plus conservateur, a publié un communiqué indigné, suivi deux jours après par un autre communiqué non moins scandalisé du collectif Europe et Médicament, dont le Formindep est membre.

Que s’est il passé ?

Dès la deuxième réunion, tout l’esprit de cette loi, pourtant déjà bien altéré par la première mouture du décret, avait été perverti par les représentants de l’industrie, très largement représentés dès la première réunion.
Instauration de seuils, de tranches, de barèmes, compliquant à loisir les déclarations et permettant d’exclure la majorité des dons, cadeaux, et avantages y compris cumulés, jusqu’à près de 1000 euros par an en magouillant bien. Exclusion des contrats parmi les plus juteux et les plus suspects (interventions dans les colloques et congrès, activités de "consultants"), en jouant sur la notion d’"avantages"...
Mise en ligne de ces informations tronquées et biaisées sur les sites de chaque site des firmes pharmaceutiques, soit plusieurs centaines en France (voire sur des registres papier, sic !) et interdisant l’indexation par des moteurs de recherche, rendant littéralement impossible l’accès à toute information nominative et donc pertinente.

J’en passe...

Pour ma part le plus choquant a été d’être le témoin de l’attitude de fonctionnaires de la République française, soumis et écrivant quasi sous la dictée de l’industrie les lois de la République.

J’ai entendu, effaré, des fonctionnaires au ministère de la santé plaider pour la préservation de la compétitivité de l’industrie, insister pour que les firmes, en difficulté dans un contexte difficile !, ne soient pas submergées par des lourdeurs administratives, alors que la production de ces données ne représenterait aucun obstacle pour des firmes qui les colligent méticuleusement pour leur marketing.
 [1]

J’ai vu à l’œuvre, scandalisé, la réalité de ce qu’on appelle la capture de l’Etat par des intérêts privés, comme des maîtres décernant avec condescendance un satisfecit à leur personnel.
 [2]

J’ai vu ce qui devait être une loi de santé publique dans l’intérêt général devenir une loi de développement du marketing industriel et de protection des intérêts privés, dévoyée pour organiser et développer en toute "légalité" l’opacité et la corruption du monde de la santé.

J’ai vu une industrie pharmaceutique qui, suite au Mediator, a été plus ou moins écartée des agences sanitaires, telle l’ANSM, là où s’appliquent les lois, mais qui reste littéralement chez elle, tutoiement et appellation par son prénom y étant de rigueur, dans les administrations où s’élaborent les lois.

J’ai vu enfin l’assourdissant silence de politiques, élus ou ministre, pourtant alertés par les défenseurs de l’intérêt général, qui font à ce jour le dos rond et semblent attendre que l’averse passe.

Après l’attitude de l’Oniam, les victimes du Mediator, à travers cette loi pervertie par les firmes et leurs serviteurs, perdent une nouvelle chance de trouver un sens à leur souffrance. "Bon appétit messieurs !... s’exclamait Ruy Blas, ô ministres intègres, conseillers vertueux, voilà votre façon de servir..." (Victor Hugo).

[1"Je soutiens tout ce qui a été dit par les uns et par les autres... alors que la crise est là est qu’il faut donner à l’économie française un choc de compétitivité en n’alourdissant pas les taches administratives quand ce n’est pas nécessaire et fondé" déclarait une fonctionnaire présente à cette réunion.

[2"Je donne acte au ministère des progrès", "on est d’accord sur les objectifs", "rien de bloquant"... déclarait le représentant du Leem en s’adressant aux fonctionnaires par leurs prénoms.

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • mardi 13 novembre 2012 - par Jean-Luc LUMEN Repondre

    Bon appétit messieurs...

    ...n’avez vous pas honte de vouloir contrecarrer la mafia et la corruption.

    vous êtes ...un trouble à l’ordre public....des corrompus et corrupteurs

    attention de ne pas tomber sous le coup de l’article L-3213-2...du code de la santé publique.
    ...votre notoriété publique fera le reste...comme indiqué dans l’article

    ********************************************************
    L’expérience de Stanley Milgram,

    Il semble donc que l’espoir repose et continue de reposer sur la présence d’individus ou de groupes œuvrant sans arrêt à dénoncer les abus et l’injustice, afin de servir de contrepoids aux tendances à l’apathie et à la soumission, qui caractérisent la majorité.
    A méditer...
    Stephane Desbrosses le 21-12-2007

    Merci d’être de ceux là.

    Jean-Luc LUMEN

  • dimanche 7 avril 2013 - par Jacques Beau Repondre

    Bon appétit messieurs...

    Bonjour,
    Un événement dramatique est survenu en Suisse en 1975, année de ma thèse, C’est terrible.C’est comme si c’était hier...
    http://www.monde-diplomatique.fr/1986/08/LARBI_BOUGUERRA/39425
    Depuis, je cherche toujours un moyen de rendre transparentes les choses. Un résultat d’essai clinique DOIT être donné sous forme de variation de risque absolu et non de risque relatif. Le seul intérêt du risque relatif est qu’il permet de calculer l’intervalle de confiance, mais en aucun cas il ne donne une idée de l’intérêt d’un traitement.

  • lundi 22 avril 2013 - par Thierry SAINT-MARC Repondre

    Bonne lecture messieurs...

    Un article du "Monde diplomatique" de janvier 2013 (Mathilde Goanec, "Quand les avocats d’affaire écrivent les lois") explicite la manière dont certaines lois sont actuellement élaborées.
    Il prolonge parfaitement cette discussion.
    Cordialement

  • lundi 29 avril 2013 - par Sylvain Duval Repondre

    Corruption sanitaire

    Les différentes mises en examen vont-elles donner un signal d’alarme qui va diminuer la corruption ou les corrompus et les corrupteurs vont-ils juste MIEUX se cacher ?

    Les politiques sont face à un problème : faut-il sauvegarder le PIB, la croissance, l’emploi des labos Pharma (multi-milliardaires parfois) ou faut-il sauvegarder la vie des français ?

    Et quand ce n’est pas l’AFSSAPS qui est mise sur la sellette, c’est l’Agence Européenne du Médicament qui dissimule ce qu’elle sait, ou c’est la FDA qui laisse passer un médicament comme le VIOXX et le Celebrex (des COXIB), qui ont tué plus de 10000 personnes et qui tuent encore peut-être...