Imprimé depuis le site Formindep / publié le lundi 16 janvier 2006 - par Bernard JUNOD

Dépistage du cancer : "surdiagnostic" et logiques institutionnelles

Le dépistage augmente le repérage de pseudo-cancers que
l’examen microscopique ne peut distinguer d’un cancer évolutif.

Le « surdiagnostic » nuit à la santé des gens et à l’acquisition de connaissances sur cette maladie. Face à ce phénomène connu depuis plusieurs décennies, les institutions impliquées dans la recherche et les soins adoptent des logiques potentiellement conflictuelles.

Voici, à toutes fins utiles, le texte d’un exposé que j’ai récemment présenté à la Faculté de médecine de Rennes. [1]

Plusieurs échos me sont parvenus d’enseignants et de chercheurs en santé publique ainsi qu’en oncologie. Ils ont tous été positifs.

Bonne lecture et merci de vos réactions

Post Scriptum :

PDF - 124.3 ko
Dépistage du cancer : surdiagnostic et logiques institutionnelles

[1le 2 décembre 2005