Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Concertation nationale sur la vaccination

L’obligation, c’est la décision éclairée.

La concertation sur les vaccins, dont la feuille de route était de relever le niveau de confiance dans les vaccins et le taux de couverture vaccinale, s’avère un échec complet. Le rapport final est un (...)

Actualités

illustration d'actualités

Octobre rose, et après ?

Les brutes en rose courent toujours

Histoire de maltraitance du dépistage

En occident, le rose est la couleur de la candeur, de la tendresse et, par extrapolation sexiste, la couleur de la féminité. On dit aussi que c’est la couleur de la vie quand on pense que tout va bien, que (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
vendredi 5 décembre 2008 - par Bernard JUNOD

Surdiagnostic

Régression spontanée de cancers du sein à grande échelle

Selon une étude publiée dans une revue internationale de référence, nombre de cancers dépistés par la mammographie régressent spontanément.

.

Selon la théorie médicale communément admise actuellement, on pense qu’un cancer du sein évolue inexorablement et met toujours la patiente en danger de mort s’il n’est pas traité à temps.

Récemment, les résultats d’une étude publiée dans une revue scientifique américaine de haut niveau
 [1]
ont remis en question cette représentation simpliste du cancer : les faits constatés sur plus de 200 000 femmes suivies en Norvège entre 1992 et 2001 sont incompatibles avec cette théorie. Ils montrent qu’il y a une différence entre la réalité de la maladie cancéreuse et le résultat des examens visant à distinguer les tumeurs cancéreuses des tumeurs bénignes.

Voici comment l’étude a été réalisée. Les diagnostics de cancer invasif
 [2]
du sein ont été dénombrés dans deux groupes de femmes suivies pendant 6 ans. Chaque diagnostic fut obtenu à partir de l’examen au microscope du prélèvement d’une lésion suspecte. Dans le premier groupe, les femmes furent sollicitées tous les deux ans pour un examen de dépistage par mammographie durant ces 6 années. Dans le second, elles ont été sollicitées seulement au cours des deux dernières années de la période de 6 ans.

La théorie en vigueur dit que les cancers repérables par la mammographie de dépistage ne cessent de croître. Dans le groupe dépisté tous les deux ans ppar mammographie, nombre de cancers sont repérables plus précocement que s’il n’y avait pas eu de dépistage. Mais au terme de la période de 6 ans, on s’attend bien sûr à trouver autant de diagnostics dans chacun des deux groupes puisque le même examen y est proposé lors des deux dernières années de suivi.

De nombreux cancers du sein régressent spontanément

JPEG - 68.7 ko
Les résultats de l’étude. En haut les résultats attendus. En bas les résultats observés. 22 % des cancers dépistés dans le premier groupe ne se retrouvent pas dans le deuxième

En réalité, on obtient des résultats très différents lorsqu’on compare les deux groupes (voir tableau). Les nombres de cancers diagnostiqués pendant 6 ans chez 100 000 femmes par groupe sont les suivants : 1909 diagnostics de cancer dans le groupe invité à trois reprises pour le dépistage par mammographie, et 1564 seulement pour les femmes invitées une seule fois à la fin de la période de suivi de 6 ans.

Cette différence de 345 diagnostics supplémentaires correspond à une augmentation significative de 22 %. Comment s’explique cette différence importante par rapport au résultat attendu ? Après avoir étudié méticuleusement toutes les possibilités, les auteurs
 [3] de l’étude n’en retiennent qu’une seule : ces cancers ont régressé spontanément !

Plus une femme subit de mammographies de dépistage, plus elle court le risque d’un surdiagnostic, c’est-à-dire d’un de diagnostiquer comme "cancer" une lésion qui n’aurait pas progressé, voire aurait régressé. Le décalage entre le résultat de l’examen diagnostique et la réalité de la maladie cancéreuse entraîne alors des traitements inutiles et des erreurs dans l’appréciation de l’efficacité des soins. Traiter une tumeur qui aurait régressé d’elle-même donne l’illusion de l’amélioration du pronostic de la maladie du fait du dépistage.

Ce résultat met en doute la validité du diagnostic de cancer posé lors de l’examen histologique au microscope de cellules prélevées dans le sein, ainsi que la théorie de la progression inexorable d’une lésion tumorale diagnostiquée comme "cancer".

Le dépistage du cancer du sein fausse la perception de la réalité. Il masque, par exemple, les conséquences néfastes de la précocité de l’intervention physique sur la tumeur par la biopsie à l’aiguille ou par la chirurgie.

Les résultats de cette étude norvégienne incitent à entreprendre une recherche innovante pour sortir de l’ornière d’un consensus imposant l’interventionnisme précoce. Les techniques d’investigation actuelles offrent la possibilité de suivre l’évolution d’une lésion suspectée par l’imagerie à quelques semaines d’intervalle sans se précipiter par une l’intervention par une biopsie ou par chirurgie. Une telle attitude permet d’éviter l’évitable : un traitement inutile, mutilant et dangereux, dû à un surdiagnostic consécutif au dépistage.

Post Scriptum :

Bernard JUNOD est médecin de santé publique, Professeur à l’École des Hautes Études en Santé Publique.
Liens d’intérêt : aucun.

[1Zahl PH, Maehlen J, Welch HG. The Natural History of Invasive Breast Cancers Detected by Screening Mammography. Arch Intern Med. 2008 ; 168(21):2311-2316.

[2Un cancer est dit "invasif" lorsqu’il infiltre les tissus avoisinant la tumeur.

[3Un des auteurs de l’étude, H. Gilbert Welch, est également auteur du livre présenté en vignette de cet article : "Dois-je me faire tester pour le cancer ? Peut-être pas et voici pourquoi"- Presses de l’Université de Laval -Septembre 2005- 264 pages - Québec - ISBN : 2-7637-8158-6]

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • vendredi 5 décembre 2008 - par Dominique DUPAGNE Repondre

    Régression spontanée de cancers du sein à grande échelle

    Quel superbe travail !

    Le protocole est sans faille, éthique, et incontestable.

    A méditer...

  • dimanche 2 octobre 2011 - par Philippe Adrien Repondre

    Régression spontanée de cancers du sein à grande échelle

    il y a au moins 2 explications faciles de cette différence :
    1) les cancers du groupe témoin sont morts ou sont partis se faire soigner ailleurs avant la 6ème année.
    2) des faux négatifs lors de l’examen terminal dans le groupe témoin.
    Les auteurs ont réfuté ces hypothèses, mais le résumé aurait pu en parler, car tel quel, il n’est pas très convaincant.

  • mardi 4 octobre 2011 - par Bernard JUNOD Repondre

    Régression spontanée de cancers du sein à grande échelle

    Commentaire suscité par le message de Philippe Adrien.

    L’article montre une augmentation relative d’environ 20% de la proportion des femmes diagnostiquées avec un cancer du sein infiltrant après trois invitations à la mammographie en comparaison avec celles invitées seulement à la fin d’une période de 6 ans. S’il n’y a pas de biais, ce résultat remet en question le modèle classique de l’histoire naturelle du cancer du sein : l’extension inéluctable d’une tumeur cancéreuse diagnostiquée par biopsie. La conclusion qui s’impose aux auteurs de l’article est la régression de certaines tumeurs diagnostiquées comme des cancers à l’histologie.

    L’article précise qu’une différence d’exhaustivité dans l’enregistrement des cancers entre les deux groupes – biais d’observation – est peu vraisemblable. Une explication par un biais de sélection – décès par autre cause ou perte de vue par migration des cas de cancer du sein plus fréquente dans le groupe invité seulement à la fin de la période – semble en effet difficile à argumenter dans cette population Norvégienne.

    La recherche systématique des cancers du sein à l’autopsie donne aussi des résultats quantitatifs incompatibles avec le modèle classique. Ils démontrent qu’un examen histologique ponctuel ne peut prédire l’évolution des tumeurs.

    Deux articles qui approfondissent la question du surdiagnostic seront très bientôt sur le site du FORMINDEP.