Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Concertation nationale sur la vaccination

L’obligation, c’est la décision éclairée.

La concertation sur les vaccins, dont la feuille de route était de relever le niveau de confiance dans les vaccins et le taux de couverture vaccinale, s’avère un échec complet. Le rapport final est un (...)

Actualités

illustration d'actualités

Octobre rose, et après ?

Les brutes en rose courent toujours

Histoire de maltraitance du dépistage

En occident, le rose est la couleur de la candeur, de la tendresse et, par extrapolation sexiste, la couleur de la féminité. On dit aussi que c’est la couleur de la vie quand on pense que tout va bien, que (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
mardi 15 juillet 2008 - par Nicolas PROTHON

Marketing

Quand les firmes pharmaceutiques se sucrent avec le diabète

L’exemple de la classe médicamenteuse des glitazones

.

Dans son numéro d’avril 2008, la revue Pharmaceutiques qui se présente comme « la revue mensuelle des cadres de l’industrie et des décideurs institutionnels du monde de la santé » donne des informations intéressantes sur le marché mondial des médicaments antidiabétiques.

En 2007 la classe médicamenteuse des glitazones [1] représenterait à elle seule plus de 50 % du chiffre d’affaires des antidiabétiques oraux. Cette classe comporte deux médicaments, la pioglitazone, commercialisée sous la marque Actos° par la firme Takeda, et la rosiglitazone commercialisée par la firme GSK sous la marque Avandia°, ou Avandamet° lorsqu’elle est associée à la metformine, un autre antidiabétique. (Voir graphique).

A la lumière de ces données la question qui se pose est la suivante :

Les médicaments antidiabétiques les plus vendus dans le monde sont-ils bien ceux qui sont le plus profitables à la santé des patients ?

Des bénéfices prouvés pour les patients

Depuis 1997 [2] on sait qu’un “vieux” médicament, la metformine, commercialisée sous le nom de Glucophage° et sous des formes génériques, est le seul à avoir démontré qu’il diminuait la fréquence de certaines complications du diabète et pouvait épargner des vies. Ce traitement médicamenteux doit s’insérer dans une stratégie de soin tournée d’abord vers la prévention, la diététique et l’exercice physique. [3]

Le message simple à retenir pourrait être celui-ci : « Si vous n’êtes pas diabétique, pour réduire le risque de le devenir, bougez plus, mangez mieux et moins ; si vous êtes diabétique, appliquez les conseils précédents et, si votre diabète justifie la prise de médicaments, la metformine est sans doute le premier médicament à prendre pour éviter les complications du diabète. »

Les preuves manquent pour les glitazones

Les glitazones, elles, n’ont toujours pas prouvé à ce jour les mêmes bénéfices : pas de complications ni de décès en moins [4] liés au diabète. Au contraire, la fréquence des effets indésirables, parfois graves, voire mortels [5] de ces médicaments ne cesse d’augmenter au fur et à mesure de leur durée de commercialisation.

Au point que les publications médicales internationales indépendantes [6] ne recommandent pas les glitazones pour traiter les diabétiques de type 2.
La revue Prescrire écrit dans son communiqué :
« Diabétiques de type 2 : mieux vaut se passer des glitazones
Les glitazones (Avandia°, Actos° ou autres) n’apportent aucun bénéfice pour les patients diabétiques mais un surcroît d’effets indésirables, parfois très graves. Prescrire continue de pointer le choix des agences du médicament, parfois dommageable pour les patients. (…) Selon les essais cliniques, les glitazones font certes baisser le taux de sucre dans le sang, mais elles n’apportent aucun bénéfice tangible pour les patients et ont des effets indésirables graves, notamment cardiaques
 ».

Le succès commercial d’un échec pharmaceutique

JPEG - 45.2 ko
le Top 10 des antidiabétiques oraux (en % du CA mondial)
Graphique tiré du n° 156 de la revue Pharmaceutiques (avril 2008)

Selon les données de la revue Pharmaceutiques la metformine, antidiabétique de référence, représenterait sous la marque Glucophage° 2,6 % du marché mondial. Les glitazones, antidiabétiques à ne pas utiliser et dont les effets indésirables graves continuent à augmenter, totalisent un chiffre d’affaires égal à 50,2 % du marché ! (Voir graphique).

Comment expliquer cette réalité autrement que par un marketing industriel particulièrement efficace, qui repose sur des moyens d’influences visibles ou invisibles :

  • L’influence de leaders d’opinion, participant aux essais cliniques financés par les firmes productrices de glitazones pour convaincre les prescripteurs d’utiliser largement ces médicaments ; [7]
  • les cadeaux, les repas, les soirées de formation continue, les congrès dans des conditions confortables ;
  • le noyautage subtil d’associations de patients
  • l’implication des firmes dans les réseaux de soins avec la bénédiction des professionnels de santé ;
  • etc.

L’épidémie actuelle de diabète dans le monde représente une opportunité exceptionnelle pour une industrie pharmaceutique en difficulté. Le marché des médicaments antidiabétiques dans le monde est actuellement dominé par des médicaments davantage bénéfiques à la santé des firmes et de leurs actionnaires qu’à celle des patients. Pendant que les firmes se sucrent les malades dégustent [8].

Le rôle des professionnels de santé et des autorités sanitaires pour protéger la santé des patients, devrait être déterminant. Mais, là aussi, leur échec se révèle.

Post Scriptum :

Conformément à l’article L 4113-13 du Code de la santé publique, l’auteur, médecin généraliste, n’a déclaré aucun conflit d’intérêt relatif à cet article.

L’écriture de cet article a bénéficié d’une procédure de relecture collective au sein du collectif Formindep.

[1ou thiazolidinediones

[2Etude UKPDS – Intensive blood-glucose control with sulphonylureas or insulin compared with conventional treatment and risk of complications in patients with type 2 diabetes (UKPDS 33). Lancet 352 : 837-853 (1998 )

[3Tuomilehto J, Lindstrom J, Erikson J G, Valle T T, Hamalainen H, Parikka PI et coll. Prevention of type II diabetes mellitus by changes in lifestyle among subjects with impaired glucose tolerance. N Eng J Med, mai 2001 ; 344 : 1343-50. (La prevention du diabète)

[4Dormandy JA, Charbonnel B, Eckland DJ et al. ; PROactive investigators. Secondary prevention of macrovascular events in patients with type 2 diabetes in the PROactive Study (PROspective pioglitAzone Clinical Trial In macroVascular Events) : a randomised controlled trial. Lancet 2005 ;366:1279-89.

[5Nissen SE, Wolski K. Effect of rosiglitazone on the risk of myocardial infarction
and death from cardiovascular causes. N Engl J Med, 14 juin 2007 ; 356(24) :
2457-71 (Epub, 21 mai 2007) (Méta-analyse de Nissen) diabetes in the PROactive Study (PROspective pioglitAzone Clinical Trial In macroVascular Events) : a randomised controlled trial. Lancet 2005 ;366:1279-89. (Proactiv)

[6Voir entre autres et .

[7voir par exemple : Pouchain D. "Le point sur les glitazones" - Revue Exercer n° 81 p. 52 (l’avis d’un auteur et ses conflits d’intérêts).

[8Voir l’article du Formindep sur les essais Advance et Accord, et également l’article du Professeur Montastruc et de A. Pathak sur l’essai Accord dans le BIP 31 : Quand les critères intermédiaires tuent....

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.