Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Concertation nationale sur la vaccination

L’obligation, c’est la décision éclairée.

La concertation sur les vaccins, dont la feuille de route était de relever le niveau de confiance dans les vaccins et le taux de couverture vaccinale, s’avère un échec complet. Le rapport final est un (...)

Actualités

illustration d'actualités

Octobre rose, et après ?

Les brutes en rose courent toujours

Histoire de maltraitance du dépistage

En occident, le rose est la couleur de la candeur, de la tendresse et, par extrapolation sexiste, la couleur de la féminité. On dit aussi que c’est la couleur de la vie quand on pense que tout va bien, que (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
lundi 17 septembre 2012 - par Formindep

Dépistage du cancer du sein

Ne pas croire aux mirages d’études biaisées, et se fier à des informations crédibles et indépendantes.

Octobre est le mois de la promotion du dépistage du cancer du sein. Cette année Octobre Rose a débuté en septembre ! Et pour cause : deux études viennent d’être présentées comme une réponse fiable et définitive à la controverse autour de l’intérêt des mammographies systématiques. Malheureusement, cette communication s’inscrit plus dans une démarche promotionnelle que scientifique.

Les travaux sur lesquels s’appuie cette campagne sont peu convaincants. Leurs auteurs sont englués dans des conflits d’intérêts majeurs, ou sont l’objet d’une suspicion de fraude pour d’autres publications.

Ce communiqué du Formindep résume les éléments à charge contre cette opération de promotion du dépistage mammographique. Il sera suivi de publications plus détaillées.

Deux études viennent d’être présentées comme une réponse fiable et définitive à la controverse autour de ce dépistage. Ce qu’après son analyse indépendante le Formindep conteste. En effet, l’étude observationnelle de Nickson qui annonce que le dépistage réduit la mortalité par cancer du sein de 49 % est de très faible niveau de preuve et ainsi très fortement biaisée. Ce que les auteurs reconnaissent dans leur résumé, en disant qu’ils n’ont pas été capables de contrôler les biais. Les mêmes auteurs publient en même temps une méta-analyse d’études qui ont également un très faible niveau de preuve, excluant ainsi les bonnes études qui ont permis depuis quelques années de conclure à l’absence d’efficacité du dépistage. La deuxième étude de Puliti et Duffy concerne le surdiagnostic qu’ils estiment être compris dans une fourchette de 1 à 10 %. Cette étude est également fortement biaisée car elle a éliminé de son analyse les études dans lesquelles « l’effet de l’avance au diagnostic » n’avait pas d’influence sur la mesure du surdiagnostic. De ce fait de nombreuses études de références ont été exclues, dont deux études de référence analysées par le Formindep : celle de Zahl en 2008, et celle de Junod en 2011. La Revue Prescrire en 2006, après une analyse minutieuse, concluait que le surdiagnostic était compris entre 30 et 50%.

Enfin, à l’heure du démarrage de cette nouvelle campagne, le Formindep rappelle également le problème des conflits d’intérêts très importants dans ce domaine. Ainsi le Formindep a alerté en avril 2012 la revue The Lancet sur les conflits d’intérêts majeurs du père de la mammographie, László Tabár, auteur de l’essai suédois de 1985 qui a permis la mise en œuvre des programmes de dépistages européens. László Tabár exerce différentes activités lucratives pour plusieurs firmes spécialisées dans l’imagerie médicale (consultant, enseignant, membre de comités médicaux et scientifiques). Il est également codétenteur du brevet sur un système interface/workflow d’imagerie du sein, et CEO d’une société spécialisée dans la formation en matière de lecture de mammographies (chiffre d’affaires annuel estimé entre 1 et 2,5 millions de dollars). Ces conflits d’intérêts n’ont jamais été déclarés par cet auteur. Pourquoi de tels oublis qui contreviennent à toutes les règles internationales de publication ? Par ailleurs en mars 2006, des auteurs indépendants ont démontré que les résultats très favorables observés dans l’étude de Tabár et Duffy étaient incompatibles avec les données officielles d’incidence et de mortalité par cancer du sein en Suède. La crédibilité de Stephen Duffy est sur ces faits grandement entachée. Enfin, notre analyse nous amène à constater que nombre d’auteurs sont dans un raisonnement circulaire, c’est-à-dire qu’ils évaluent ce qu’ils sont chargés de promouvoir. Le risque du raisonnement circulaire est identique à celui d’un conflit d’intérêt financier, perdre lucidité, impartialité et liberté. Il est alors difficile d’avouer que l’on s’est trompé dans ses nombreuses publications, et on a naturellement tendance à sélectionner tout ce qui ira dans le sens de ce que l’on a analysé précédemment en écartant tout ce qui va en sens contraire.

Le rapport bénéfice/risque, publié par la Collaboration Cochrane, à partir des études de meilleur niveau de preuve, les essais contrôlés, a été calculé pour 2000 femmes participant au dépistage pendant 10 ans. Une aura évité un décès prématuré par cancer du sein et 10 auront été victimes d’un surdiagnostic et des traitements inutiles et dangereux qu’il entraîne. Ce rapport bénéfice/risque de 1 contre 10 est bien différent de celui qui ressort des publications récentes.
Pour une information loyale et indépendante, le Formindep met donc à la disposition des femmes la traduction de la brochure d’information réalisée par Peter GØTZSCHE de la Collaboration Cochrane danoise.

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • lundi 17 septembre 2012 - par Rachel Campergue Repondre

    Ne pas croire aux mirages d’études biaisées, et se fier à des informations crédibles et indépendantes.

    Belle mise au point.
    Bravo aux rédacteurs pour avoir éclairé les cuisines...

    Rachel Campergue
    http://www.expertisecitoyenne.com/

  • jeudi 7 février 2013 - par Dr.Ivana Fulli Repondre

    Ne pas croire aux mirages d’études biaisées, et se fier à des informations crédibles et indépendantes.

    Deux bonnes nouvelles : Le "New England " publie un avis négatif sur 30 ans de pratique de mammographies non ciblées en prévention et le mensuel Que Choisir offre une audience à ce travail à offrir dans les salles d’attente pour occuper intelligemment les clients
    http://kiosque.quechoisir.org/magazine-sante-quechoisir-69-fevrier-2013/

    http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1206809

    ///Conclusions
    Despite substantial increases in the number of cases of early-stage breast cancer detected, screening mammography has only marginally reduced the rate at which women present with advanced cancer. Although it is not certain which women have been affected, the imbalance suggests that there is substantial overdiagnosis, accounting for nearly a third of all newly diagnosed breast cancers, and that screening is having, at best, only a small effect on the rate of death from breast cancer.///

    Ivana Fulli Psychiatre.