Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
mercredi 16 juin 2010 - par Robert MOLIMARD

Défumage

NICOTINE ou CHIQUE

(NRT contre ST)

Ne mégotons plus ! La nicotine sous forme de gommes, patches et autres (NRT = Nicotine Replacement Therapy), et le tabac non fumé, chique ou prise (ST = Smokeless Tobacco), ce n’est pourtant pas la même chose quand on a du mal à abandonner sa cigarette. Les "substituts nicotiniques" ne suppriment pas la forte dépendance au tabac. Ils laissent le fumeur à ses clopes. Le "tabac sans fumée" l’accroche autant qu’elles, mais il transfère l’usage du tabac vers une consommation considérablement moins risquée pour la santé !

PNG - 49.9 ko

En Suède, il n’y a plus que 17 % des hommes qui fument, mais 17 % utilisent une chique, le snus, que l’on considère 90 % moins nocif que la cigarette [1].
Et la Suède a le taux de cancers du poumon et d’infarctus le plus bas du monde, sans pour autant qu’on y ait observé plus de cancers de la bouche. Les opposants à la levée de l’interdiction du snus dans les autres pays d’Europe avancent qu’il conserve une certaine dangerosité. Au nom du principe de précaution, ils estiment que les fumeurs n’ont qu’à se tourner plutôt vers les gommes à la nicotine. Le dogme selon lequel la dépendance au tabac est une dépendance à la nicotine étant une fois pour toutes sacralisé, diabolisons le snus, vive la gomme, c’est pareil, mais en plus propre et pratiquement sans danger, et si c’est mauvais pour le bureau de tabac, c’est bon pour la pharmacie.

Le problème est que ce n’est pas ce que pensent les fumeurs. Sur 2 655 fumeurs qui pour tenter d’arrêter avaient acheté des gommes à la nicotine, 6 % seulement continuaient à l’utiliser au bout de 6 mois, et de plus un tiers d’entre eux les mâchaient en fumant encore. Il est surprenant que des gens ayant une dépendance au tabac si forte qu’ils n’ont pas envisagé s’arrêter seuls ne soient que 4 % à rester accrochés à la seule gomme après l’arrêt du tabac [2]. À l’opposé, en Suède, une étude sur des adolescents trouve que les symptômes de dépendance "à la nicotine" et de sevrage lors des tentatives d’abstinence sont au moins aussi fréquents chez les utilisateurs de snus que chez les fumeurs [3].

S’estimant très dépendants, certains souhaitent s’arrêter. Aux USA, une étude pilote de la Mayo Clinic vient de porter sur 102 utilisateurs de tabacs oraux américains (autres que le snus). Suivis pendant 12 semaines, ils avaient tous un soutien psychologique et comportemental. Deux groupes étaient tirés au sort. L’un, de 57 sujets, recevait des comprimés à sucer dosés à 4 mg de nicotine, l’autre (45 sujets) uniquement le traitement comportemental. Le but assigné était de réduire de 50 % la consommation de tabac à la 4ème semaine, et de 75 % à la 8ème semaine. La nicotine était fournie gratuitement jusqu’à la 10ème semaine à qui le souhaitait.

Aucune différence significative n’a été observée entre les deux groupes, ni dans la réduction, ni dans les durées d’abstinence, ni dans les tentatives d’arrêt (30 % des sujets). Les moyennes sont un peu plus favorables au groupe recevant la nicotine, mais les auteurs l’attribuent à ce qu’ils n’avaient pas de placebo à proposer au groupe témoin, dont ils auraient pu attendre quelque effet. Ils ne font état d’aucun arrêt [4]. (Figure 1)

PNG - 45.9 ko
Figure 1

Cela corrobore un travail ancien de Glover qui n’avait obtenu qu’un seul succès sur 41 snuff-dippers*, quant il en avait 38 % chez les fumeurs
 [5] .

La cause devrait être entendue : oral ou pas, le tabac est très addictif. La nicotine ne l’est pas, elle ne remplace pas le tabac. Nombre de fumeurs ne peuvent s’arrêter, ou ne l’envisagent pas encore. Il est inhumain et irresponsable de leur interdire de se tourner vers une consommation moins risquée, éventuel prélude à leur démarche d’arrêt. Mais il n’est de pire sourd que celui qui ne veut point entendre.

* Snuff-dipping : mettre de la poudre de tabac à priser dans la bouche : Snus, Maklas, Skoal-Bandits etc…

[1Levy DT, Mumford EA, Cummings KM, Gilpin EA, Giovino G, Hyland A, Sweanor D, Warner KE. The relative risks of a low-nitrosamine smokeless tobacco product compared with smoking cigarettes : estimates of a panel of experts. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. (2004) 13(12):2035-42

[2Shiffman S, Hughes JR, Di MarinoME, Sweeney CT. Patterns of over-the-counter nicotine gum use : persistent use and concurrent smoking Addiction (2003) 98 (12) : 1747

[3Post A, Gilliam H, Rosendahl I, Bremberg S, Galanti MR Symptoms of nicotine dependence in a cohort of Swedish youths : a comparison between smokers, smokeless tobacco users and dual tobacco users. Addiction (2010) ;105(4):740-6

[4Ebbert JO, Edmonds A, Luo X, Jensen J, Hatsukami DK Smokeless tobacco reduction with the nicotine lozenge and behavioral intervention. Nicotine & Tobacco Research (2010) june 4, advance access

[5Glover ED. Conducting smokeless tobacco cessation clinics. Am J Public Health. (1986) 76(2) : 207

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.