Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Concertation nationale sur la vaccination

L’obligation, c’est la décision éclairée.

La concertation sur les vaccins, dont la feuille de route était de relever le niveau de confiance dans les vaccins et le taux de couverture vaccinale, s’avère un échec complet. Le rapport final est un (...)

Actualités

illustration d'actualités

Octobre rose, et après ?

Les brutes en rose courent toujours

Histoire de maltraitance du dépistage

En occident, le rose est la couleur de la candeur, de la tendresse et, par extrapolation sexiste, la couleur de la féminité. On dit aussi que c’est la couleur de la vie quand on pense que tout va bien, que (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
lundi 14 mars 2011 - par Formindep

Mascarade

Le Formindep se retire des Assises du médicament

A la lumière du déroulement des premières réunions des groupes 4 et 5 auxquels il était inscrit, le Formindep constate que les Assises du Médicament se révèlent une mascarade chargée d’étouffer dans un pseudo consensus le drame du Mediator®, pour que rien ne change et que continuent, au mépris du fonctionnement démocratique, de la santé publique et de l’intérêt général, les arrangements entre amis, dans tous les secteurs du milieu sanitaire, professionnels, usagers, autorités, et jusqu’au plus haut sommet de l’État.

Le Formindep refusant de servir de caution à cette mascarade, s’en retire donc, et invite les autres acteurs de la transparence et de l’indépendance de la santé dans ces Assises à reconsidérer leur présence, à l’instar de Dominique Dupagne du site Atoute.org. Le Formindep soutiendra les 57 propositions de la revue Prescrire.

Sur le fond,

les 57 propositions que la revue Prescrire vient de diffuser sont pertinentes et en grande partie suffisantes. Le Formindep les reprend à son compte et les complètera. Elles intègrent en effet la plupart des exigences que le Formindep porte sur l’indépendance de l’expertise, des décisions de santé, de la formation et de l’information médicales. Les travaux de ces Assises, s’ils sont évalués à l’aune de ces propositions, risqueront de confirmer la vacuité de cette initiative gouvernementale.

Nulle part la remise en question de la mono-expertise sanitaire actuelle, bonne à tout faire du lobby pharmaceutique, n’est inscrite ne serait ce qu’en filigrane dans le programme de travail. Les leaders d’opinion des firmes pharmaceutiques irriguent et contrôlent sous la dénomination d’experts l’ensemble du milieu sanitaire, la formation des étudiants, la formation continue des professionnels, l’expression médiatique vers le public et les usagers de soins, les décisions et la direction des agences sanitaires, comme le démontre la nomination du nouveau président de la HAS, les cabinets ministériels, etc. C’est pourtant cette situation qui explique en grande partie les drames sanitaires passés, présents ou à venir. Les Assises n’y vont rien changer.

Comme il a commencé à le faire lors de son audition devant la mission d’information de l’assemblée nationale le 24 février dernier, le Formindep apportera ses propositions dans un cadre susceptible de favoriser un travail de qualité, un débat démocratique, une réflexion sereine, transparente et indépendante, comme la mission d’information du Sénat présidée par le sénateur Autain.

Sur la forme

, dès l’ouverture des Assises et les premières réunions des groupes de travail, la transparence et l’indépendance des débats ont été mises à mal :

- lancement des assises à huis clos ;
- absence de compte rendu exhaustif vidéo ou audio des débats ;
- interdiction de filmer les débats et menace au nom du droit à l’image. Voir l’article du site Arrêt sur Images : Assises du médicament : transparence...à huis clos ;
- refus de contrôle des déclarations d’intérêts et de sanctions en cas de manquements ou d’inexactitudes, les organisateurs faisant confiance à "l’esprit de responsabilité" des représentants des firmes, de leurs leaders d’opinion, et de ceux qu’elles financent ;
- refus dans un premier temps de prendre en charge les frais occasionnés par la participation aux Assises (déplacement, perte de revenu pour les professions libérales, etc.) Le mode d’indemnisation proposé actuellement n’interdisant pas les représentants de l’industrie de se faire rembourser leur frais...
- surreprésentation des firmes et des institutionnels. Entre environ 150 participants initialement invités et les près de 250 actuels, la liste s’est étoffée principalement avec des représentants de l’industrie, ou des experts, professionnels et institutionnels perclus de liens d’intérêts avec l’industrie, qui en seront les porte-parole conscients ou non. Cela aboutit à des groupes de travail hypertrophiés (60 participants dans le groupe 4) dans lesquels tout travail devient impossible, et contrôlés de fait par les firmes ou leurs affidés ;
- restriction de la participation des « indépendants » : la journaliste Stéphane HOREL, coauteure du film les Médicamenteurs et auteure du livre du même nom, a été priée poliment de ne pas participer au groupe 4 où elle s’était pourtant inscrite. Il fallait sans doute libérer de la place pour les firmes.

Malgré les éléments d’inquiétude qui apparaissaient dès le lancement de ces Assises, le Formindep a voulu croire à leur sincérité, porté par l’espoir des usagers et des professionnels de santé qui ont souscrit en quelques jours à l’appel au don pour couvrir sa participation.
C’était une erreur.

Pour permettre sa participation et garantir son indépendance lors de ces Assises, le Formindep avait lancé un appel aux dons. En moins de deux semaines, le montant de la souscription a été atteint. Le Formindep proposera aux donateurs le remboursement de leurs dons, à moins qu’ils n’acceptent qu’ils soient affectés à d’autres actions du Formindep, comme le recours actuel devant le Conseil d’État pour lutter contre les conflits d’intérêts au sein de la HAS.

L’incapacité des initiateurs de ces Assises à prendre en compte les leçons de la triste gestion du Médiator® en terme de transparence et d’indépendance vis-à-vis des intérêts industriels et commerciaux, en dit long sur l’absence de réelle volonté de remettre à plat le système. Il y aura bien d’autres Mediator®.

Post Scriptum :

Le présent document sera l’unique contribution du Formindep aux Assises du Médicament. Le Formindep demandera que cette contribution soit annexée au rapport final des Assises et fasse partie des compte-rendus des groupes 4 et 5 auxquels il est inscrit.

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • lundi 14 mars 2011 - par Kimi VALET Repondre

    Le Formindep se retire des Assises du médicament

    Pourquoi ne pas transformer votre lettre en pétition ? ( comme celle écrite lors de l’affaire Tamiflu et signée par mille médecins)
    Je pense que nous serons encore bien plus nombreux à la signer.
    Je comprends votre départ ainsi que celui du Dr Dupagne des assises du médicament, mais alors comment faire entendre votre (notre) voix ?
    Encore merci pour vos actions.
    Cordialement.
    Médecin généraliste en semi-rural.

  • mardi 15 mars 2011 - par Federmann Georges Yoram Repondre

    Le Formindep se retire des Assises du médicament

    Chers tous,
    Tout se passe comme si notre société était incapable de tirer les enseignements d’un drame sanitaire.
    Voir Tchenobyl !
    A croire que la pulsion de mort est à l’oeuvre !

    Merci au Formindep pour le travail de vigilance et de connaissance.
    Dr Georges Yoram Federmann
    Strasbourg

  • mardi 15 mars 2011 - par censurion Repondre

    Le Formindep se retire des Assises du médicament

    Cela me rappele la formule de Clémenceau qui disait que lorsqu’on veux enterrer un problèmeon crée une commission. Ce qui permet de comprendre pourquoi il faut même l’hypertrophier, au point que cela soit réellement inaudible, ce qui fait que même si on voulait l’enregistrer il n’y aurait qu’un bruit de fond à entendre !

  • jeudi 17 mars 2011 - par Docteurdu16 - JC GRANGE Repondre

    Le Formindep se retire des Assises du médicament

    Ce retrait est à la fois une mauvaise nouvelle (Xavier Bertrand et Big Pharma ont les mains libres) et une bonne nouvelle pour l’éthique (manger avec le diable exige de disposer de très longs couverts). Bientôt La Revue Prescrire se retirera et l’avenir du médicament en France sera entre les mains de l’industrie. Vous y ajoutez la nomination de deux "amis" aux liens d’intérêt inavoués et inavouables (respectivement à l’AFSSAPS et à l’HAS), le silence sur la DGS qui est l’éminence grise du pouvoir politique, la confirmation de Françoise Weber à l’InVS et il ne nous reste plus que des larmes pour pleurer. Quant au rapport Debré / Even, il est d’une grande violence de façade (il fallait bien que les deux auteurs se lavent de leurs péchés) mais il sera sans lendemain.
    Monsieur Bertrand imposera le remboursement des pilules de troisième génération et d’autres fariboles "scientifiques" dans ce genre et... passez muscade.
    Il devient urgent d’organiser sans sectarisme des Assises indépendantes du médicament où tous les acteurs pourront s’exprimer et où toutes les sensibilités pourront donner leur avis afin de contrecarrer cette entreprise de désinformation généralisée sans oublier toutefois que 80 % des nouvelles molécules bénéficient d’un enregistrement européen et que la pharmacovigilance française est en plein désarroi.
    Il va sans dire que les propositions de Prescrire sont elles aussi discutables bien qu’elles puissent servir de base aux discussions. il ne faut pas avoir d’a priori.
    Bien à vous (en sachant que mes conflits antérieurs avec le formindep sont de la poussière par rapport aux risques que nous encourons).

  • lundi 21 mars 2011 - par AAAVAM Repondre

    Le Formindep se retire des Assises du médicament

    Bonjour,

    Vous avez bien fait de vous retirer de ces "assises" !

    L’AAAVAM avec plus de 2000 témoignages des victimes du Mediator n’avait pas été invitée ...

    Près de 8000 familles victimes des médicaments adhérentes de l’AAAVAM.

    Bon courage.

    Georges Alexandre Imbert