Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
samedi 1er décembre 2007 - par Philippe FOUCRAS

France Inter, Pfizer, Champix° et le tabac

La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

Petit exercice amusant de décryptage d’une émission d’une radio de service public

Pour cet éditorial de fin d’année, le Formindep vous invite à un amusant exercice de lecture critique de l’information-santé au public et de la publicité médicamenteuse.
Comme tout exercice, cela va vous demander un peu de concentration et de temps, environ une dizaine de minutes. Mais ça en vaut la peine.

Vous êtes prêts ? Alors, c’est parti…

Cet exercice se déroule en deux étapes, et une conclusion.

PREMIERE ETAPE :

prenez connaissance des faits suivants :

1 - En France, au premier janvier 2008 la loi sur l’interdiction totale de fumer dans tous les lieux publics va rentrer en application.

2 - La firme Pfizer commercialise en France la varénicline sous le nom de Champix° comme aide au sevrage tabagique. Il s’agit d’un médicament de prescription médicale obligatoire, et sa publicité directe au public est donc interdite, contrairement aux substituts nicotiniques au tabac (patchs, gomme à mâcher, etc.).

3 - La firme Pfizer lance depuis octobre, avec la caution de quelques “sociétés savantes”, une campagne d’“information” intitulée : « Tabac, j’arrête avec l’aide de mon médecin », à l’aide de spots publicitaires à la télévision, d’affiches, prospectus, de courriers aux médecins, aux pharmaciens. Dans le même temps les représentants commerciaux de Pfizer vont dans les cabinets médicaux pour rappeler aux médecins prescripteurs les vertus du Champix°.

4 - Concernant les effets de la varénicline, alias Champix° :

5 - En France, depuis mars 2007, et grâce à l’action du Formindep, une loi oblige tout professionnel de santé qui s’exprime publiquement sur des produits de santé, à déclarer les liens qu’il a avec les entreprises qui commercialisent ces produits. Ainsi, par exemple, un médecin qui serait invité dans une émission radiophonique pour parler des traitements pour arrêter de fumer doit, sous peine de s’exposer à des sanctions, dire au début de l’émission les liens qu’il a avec les firmes qui commercialisent ces traitements.

6 - A ce jour la publicité au public pour les médicaments de prescription est interdite partout dans le monde sauf dans deux pays : aux Etats-Unis et en Nouvelle-Zélande.
Sauf par les firmes pharmaceutiques et leurs amis, les ravages de la publicité médicamenteuse directe au public ne sont plus discutés : surconsommation médicamenteuse (usage inapproprié, effets indésirables graves, pressions commerciales sur les soignants, etc. ) et surcoût pour les systèmes de santé.
 [3]

7 - Aux Etats-Unis cette publicité directe pour les médicaments prend trois formes légales :

  • « product claim advertisement », publicité “complète” où le nom et les effets du médicaments sont présentés
  • « reminder advertisement », publicité « de rappel », qui ne présente que le nom du médicament
  • « help seeking advertisement », publicité de « demande d’aide », où ce n’est pas le médicament qui est présenté, mais la maladie qui lui correspond, en suggérant « d’en parler à son médecin ». Cette publicité de « demande d’aide » est donc autorisée en France, mais est considérée aux Etats-Unis comme de la publicité pour un médicament.

8 - Depuis près de deux ans, avec la complicité de la Commission européenne qui a créé pour elles une structure ad hoc : “le Forum Pharmaceutique”, les firmes pharmaceutiques exercent un lobbying forcené auprès des députés européens pour faire autoriser la publicité directe au public des médicaments de prescription, sous le masque de l’“information-santé”.
 [4]

Voilà. Vous avez bien enregistré ces informations ?

Bravo, car il y en avait beaucoup.

Vous êtes maintenant prêts à passer à la deuxième étape de l’exercice. Ce sera plus facile.

DEUXIEME ETAPE :

écoutez attentivement les extraits de cette émission de radio publique

Maintenant que vous avez pris connaissance des faits ci-dessus, écoutez ci-dessous ces deux extraits de l’émission « le téléphone sonne » du mercredi 21 novembre 2007, sur la radio publique France Inter dont le titre était :
« Questions sur l’efficacité des méthodes et médicaments anti-tabac… »
 [5]

Les invités de l’émission étaient :

  • le Docteur Anne Borgne, tabacologue à l’hôpital Jean Verdier de Bondy en Seine-Saint-Denis et Présidente du réseau « Hôpital sans tabac »
  • le Professeur Daniel Thomas, de la Fédération française de cardiologie

IMPORTANT : Lors de cette émission, aucun de ces deux médecins n’a respecté la loi sur la transparence de l’information médicale – voir point 5 de la première étape de cet exercice -. en ne déclarant pas au début de l’émission les liens d’intérêts éventuels qu’ils ont avec des firmes pharmaceutiques, et Pfizer en particulier .

  • au téléphone, Rafik Allaïli, responsable des relations opinion publique des Laboratoires Pfizer, et René Le Pape, Président de la Confédération des buralistes
  • Hélène Cardin, journaliste santé à France Inter

Premier extrait : (3 mn 51)
télécharger la transcription de cet extrait

Deuxième extrait : (1 mn 34)
télécharger la transcription de cet extrait

Ca y est ?

Vous avez tout écouté ?

Bravo !

Maintenant, écrivez vous-même la conclusion de cet exercice, en cliquant sur "répondre à cet article" et en répondant à la question du titre :

« La publicité au public pour les médicaments de prescription est elle VRAIMENT interdite en France ? »

Félicitations pour votre effort et merci de vos commentaires. A bientôt pour de nouveaux décryptages, si l’exercice vous a plu !

Le Formindep

[1Varénicline, plus chère et pas mieux que la nicotine - Rev Prescrire 2007 ;27 (283) : page 345

[2Varénicline Champix° - sevrage tabagique : pas mieux que la nicotine - Rev Prescrire 2006 ; 26 (276) pages 645-648

[5L’émission entière (33 mn 48) peut être écoutée sur simple demande

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • samedi 1er décembre 2007 - par Rouletabille Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    Je note que le responsable de la communication de Pfizer appelle Hélène Cardin par son prénom.

    J’ai bon ?

    • dimanche 2 décembre 2007 - par herlock sholmes Repondre

      La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

      Oui, mais il la vouvoie. On est à la radio quand même.

  • samedi 1er décembre 2007 - par BB Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    Et si on élevait un peu le niveau ?

    Réfléchissez donc à ça :

    Le principe de précaution a commencé à mourir le jour de sa naissance, celui où quelqu’un a avalé pour la première fois une substance fabriquée par l’homme, une substance qu’on ne trouve pas dans la nature, et c’est la médecine qui en est à l’origine. Cette mort-naissance du principe de précaution qui a valu, vaut et vaudra tant d’ennuis à l’espèce humaine tout entière.

    P.S. : je suis chimiste...

  • dimanche 2 décembre 2007 - par MGG Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    Comme le disait très bien Coluche : la réponse est contenue dans la question !

  • dimanche 2 décembre 2007 - par CG Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    Bravo pour ce petit exercice amusant et instructif ! A diffuser au plus grand nombre.
    La publicité pour les médicaments de prescription est peut être interdite, mais le nom Champix est cité quand même par le Dr Borgne !

  • dimanche 2 décembre 2007 - par Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    le "mec" du labo s’attribue une responsabilité de "santé publique "
    La tabacologue, parle de "grandes séries" de patients !!!! comparant les divers produits entre eux (pas à la nicotine) et au placebo (cette comparaison est insuffisante sur un plan méthodologique)
    elle cite Zyban, puis Champix (2 fois) = publicité directe - et dit que Z > nicotine (non prouvé) et C > Z (non prouvé également)
    Vive l’industrie !!!!!!

  • dimanche 2 décembre 2007 - par D. MACHILLOT Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    J’ai effectivement entendu un extrait de cette émission dans ma voiture et suis restée consternée. Je suis médecin généraliste et tente du mieux que je peux d’obtenir des informations fiables et indépendantes sur les "nouveautés thérapeutiques". Que vais- je dire demain à mes patients qui auront écouté l’émission, sans passer pour une ignare ? Un vrai tavail de sape...

    • lundi 3 décembre 2007 - par le Formindep Repondre

      La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

      Informez vos patients en signant la charte du Formindep, si ce n’est déjà fait, et en l’affichant dans votre salle d’attente.

  • lundi 3 décembre 2007 - par (Rejan Drubond) Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    Serait-il de mise, quand on se plaint du pouvoir d’achat, de priver le peuple du privilège d’une consultation gratuite ? La parole d’une femme médecin vaut de l’or, surtout pour Pfizer quand elle trahit, avec une superbe d’actrice, tant son ignorance que sa prétention de savoir des règles et des faits.

  • mercredi 5 décembre 2007 - par Dubeau S. Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    conclusion ? pour arrêter de fumer il faut aller voir le médecin et lui demander du chantix. en plus la firme qui le commercialise oeuvre pour la santé publique.

  • jeudi 13 décembre 2007 - par docteurvincent Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    Le zyban n’a pas prouvé d’efficacité supèrieure ?! Il a au contraire montré des effets psychiatriques délétères.
    Le Champix ? je n’ai pas trouvé d’effet formidable. La docteur veut visiblement vendre champix.

  • vendredi 14 décembre 2007 - par c’est le cacastop Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    l’essentiel etait l’arret du TABAC (un ancien fumeur de medecin)

  • vendredi 28 décembre 2007 - par pR Repondre

    La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

    "2 - La firme Pfizer commercialise en France la varénicline sous le nom de Champix° comme aide au sevrage tabagique. Il s’agit d’un médicament de prescription médicale obligatoire, et sa publicité directe au public est donc interdite, contrairement aux substituts nicotiniques au tabac (patchs, gomme à mâcher, etc.)."

    et pourtant...

    • vendredi 28 décembre 2007 - par Formindep Repondre

      La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

      Oui. Il y a ça aussi :

    • mercredi 6 février 2008 - par Anne-Marie Repondre

      La publicité au public pour les médicaments de prescription est-elle VRAIMENT interdite en France ?

      Le journal allemand "Das Deutsche Ärzteblatt" informe en ce début de mois de février 2008 l’ensemble des médecins sur les effets indésirables provoqués par le Champix, en indiquant le lien de la fda.
      http://www.fda.gov/cder/drug/advisory/varenicline.htm

      Relation bénéfices/risques/coût : pas fameuse !