Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Concertation nationale sur la vaccination

L’obligation, c’est la décision éclairée.

La concertation sur les vaccins, dont la feuille de route était de relever le niveau de confiance dans les vaccins et le taux de couverture vaccinale, s’avère un échec complet. Le rapport final est un (...)

Actualités

illustration d'actualités

Octobre rose, et après ?

Les brutes en rose courent toujours

Histoire de maltraitance du dépistage

En occident, le rose est la couleur de la candeur, de la tendresse et, par extrapolation sexiste, la couleur de la féminité. On dit aussi que c’est la couleur de la vie quand on pense que tout va bien, que (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actions
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
vendredi 24 janvier 2014 - par Louis Adrien DELARUE

Développement professionnel continu des médecins

La Commission Scientifique Indépendante est-elle…indépendante ?

Le Formindep interpelle ses responsables

Rien n’a changé depuis 10 ans, l’histoire se répète...
En 2004 le Formindep lançait son appel fondateur pour la transparence et l’indépendance des Conseils Nationaux de la Formation Médicale Continue.
En 2014 le Formindep exige que la loi soit appliquée pour que la transparence et l’indépendance de la Commission Scientifique Indépendante du développement professionnel continu des médecins soit assurée.

La Commission Scientifique Indépendante (CSI) est une instance clé du Développement Professionnel Continu (DPC) des médecins. L’organisme en charge du DPC (l’OGDPC) doit assurer non seulement les moyens logistiques et financiers de la CSI, mais aussi sa visibilité par la publication de ses avis et des déclarations d’intérêts de ses membres. C’est la loi.

Or, le Formindep constate une fois de plus que les obligations éthiques et législatives de transparence ne sont pas respectées. Dés lors, comment juger de l’indépendance réelle de cette commission ?!

Le Formindep a décidé d’interpeller l’OGDPC dans un courrier lui demandant la publication immédiate des déclarations d’intérêts des membres de la CSI, et l’enregistrement des débats et votes qui ont lieu au sein de cette commission.

La Commission Scientifique Indépendante (CSI) des médecins est une instance-clé du nouveau Dispositif de Développement Professionnel Continu (DPC). La loi consacre à cette CSI un rôle majeur en la chargeant notamment de formuler des avis auprès du ministre de la santé sur les orientations nationales de formation continue et d’évaluation des pratiques professionnelles, et d’évaluer les organismes qui se proposent de former les professionnels de santé [1]

A l’heure où la formation continue des professionnels de santé, en particulier celle des médecins, est encore largement sous emprise de l’industrie pharmaceutique, il serait salutaire que ce DPC soit le fer de lance d’une formation réellement transparente mais aussi totalement indépendante. A cet effet, la création d’une commission scientifique de médecins, dite indépendante, suscite cet espoir. Mais comme l’espoir ne peut suffire, le Formindep a cherché à vérifier la réalité de cette indépendance.

Pour ce faire, le Formindep a voulu faire l’état des lieux des déclarations d’intérêts de chacun des membres de cette commission auprès de l’OGDPC [2], l’organisme qui est chargé d’assurer le secrétariat et la gestion des moyens nécessaires au fonctionnement de la CSI [3].
A ce jour et alors que le DPC est effectif depuis quelques mois, ces déclarations sont toujours indisponibles sur le site de l’OGDPC.
Pourtant, divers articles de loi obligent à ce que la déclaration d’intérêts de chacun des experts participant à la CSI soit rendue publique :
- ainsi, l’article D.4133-21 du code de santé publique stipule que « les membres de la commission scientifique indépendante sont soumis aux obligations prévues à l’article L1451-1 » [4].
- cet article L.1451-1 du code de santé publique stipule que les membres soumis aux obligations de cet article « sont tenus d’établir, lors de leurs prises de fonctions, une déclaration d’intérêts ». Cette déclaration doit mentionner leurs liens d’intérêts actuels et ceux des cinq années précédant leur prise de fonction. L’article L.1541-1 dit également que cette déclaration d’intérêt doit être « rendue publique » [5].
- l’article 5 du décret n°2012-745 paru en mai 2012 [6] stipule que, dans l’attente d’un arrêté mettant en place les télédéclarations d’intérêts sur un site internet unique, ces déclarations doivent être remises à chaque autorité dont dépend le déclarant pour être rendues publiques sur leur site internet respectif. Concernant la CSI, ces déclarations publiques d’intérêts devraient donc être disponibles à tout un chacun sur le site de l’OGDPC.
- un arrêté du 02 Août 2012, signé de Madame la Ministre de la santé, charge la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) de faire respecter la loi quant à l’obligation de déclaration publique d’intérêts pour les membres de la CSI [7].

Nous rappelons également que l’article L.1451-1-1 du code de santé publique, déjà cité, prévoit la publicité des séances des commissions soumises aux obligations prévues à l’article 1451-1 du code de santé publique. La CSI fait partie de ces commissions. La publicité de ces séances doit être organisée par l’organisme dont relève telle ou telle commission. C’est à l’OGDPC de s’en occuper dans le cas de la CSI. Cette publicité consiste en l’enregistrement audiovisuel des débats et leur diffusion en ligne ainsi qu’en l’établissement de procès verbaux concernant l’ordre du jour, le compte rendu des débats, le détail et les explications de votes (y compris les avis minoritaires), et la diffusion gratuite en ligne de ces procès verbaux.
Cet article de loi est renforcé par le décret n°2012-745 déjà cité [8] qui reprend ad integrum les dispositions de l’article L.1451-1-1.

Etant donné l’importance d’une formation de qualité due aux professionnels de santé, dans l’intérêt des citoyens et du bien public, le Formindep demande à l’OGDPC d’être conforme à la loi en publiant sur son site et dés réception du courrier qu’il lui adresse ce jour, non seulement les déclarations d’intérêts des membres de la CSI mais aussi l’enregistrement des débats et votes qui ont lieu au sein de cette commission. Concernant les DPI, le Formindep demande également dans ce courrier à la DGOS de faire respecter la loi, comme le lui a indiqué Madame la Ministre de la santé dans son arrêté du 02 août 2012.

Voici le courrier adressé en recommandé avec accusé de réception à Madame Monique WEBER, Directrice générale de OGDPC,
Monsieur Francis DUJARRIC, Président de la CSI des Médecins, Monsieur Jean DEBAUPUIS, Directeur de la DGOS et double à Madame Marisol TOURAINE, Ministre des affaires sociales et de la santé :

PDF - 205.6 ko
Cliquez sur l’image du fichier pdf pour l’ouvrir

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • samedi 22 mars 2014 - par Debra Repondre

    La Commission Scientifique Indépendante est-elle…indépendante ?

    Petite question.. naïve ? cynique ?
    Dans l’espace de ma petite vie, j’ai vu la médecine passer d’un art à une science.
    Si ce n’était que du bénéf...
    Vous parlez du poids de l’INDUSTRIE pharmaceutique.
    Dans l’espace de ma petite vie, j’ai vu la médecine devenir une industrie, SOUMISE à l’idéologie et à l’organisation.. industrielles qui dépassent de loin le contexte de la seule industrie pharmaceutique.
    Je vois les médecins devenir de plus en plus des subalternes chargés d’appliquer des techniques qui s’appuient sur les découvertes scientifiques.
    Que pèse le médecin dans ce contexte ? Quel avenir pour lui ?
    Il y a un monde entre la médecine pratiquée par mon père entre 1950 et 1982, et mon fils, qui est en internat en chirurgie à l’heure actuelle.
    Et la PERSONNE... que ce soit la personne du malade, ou la personne du médecin, pendant qu’on y est, passe à la trappe.
    Je pense que l’industrialisation de la médecine est... inadmissible. Mais combien sont prêts à me suivre sur un terrain où bon nombre de nos scientifiques se sentent confiants en leur capacité d’améliorer la nature humaine par l’intermédiaire des techniques appliquées, et nous éloigner tous les jours un peu plus de la maladie, ou même de la mort que nous percevons maintenant comme une... injustice ?? (une folie collective, en passant)...
    Peu, je le crains...