Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Concertation nationale sur la vaccination

L’obligation, c’est la décision éclairée.

La concertation sur les vaccins, dont la feuille de route était de relever le niveau de confiance dans les vaccins et le taux de couverture vaccinale, s’avère un échec complet. Le rapport final est un (...)

Actualités

illustration d'actualités

Octobre rose, et après ?

Les brutes en rose courent toujours

Histoire de maltraitance du dépistage

En occident, le rose est la couleur de la candeur, de la tendresse et, par extrapolation sexiste, la couleur de la féminité. On dit aussi que c’est la couleur de la vie quand on pense que tout va bien, que (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
dimanche 13 avril 2008 - par Collectif Formindep

communication marketing

L’impact de la torture sur l’obtention d’aveux est limité

Proposition d’article pour "Le Monde"

Voici le texte d’un article signé de Yves Mamou, paru dans Le Monde du 12 avril 2008 daté du 13 :

L’impact des visiteurs médicaux sur les dépenses de santé est limité



« Les laboratoires pharmaceutiques, qui dépensent 3 milliards d’euros par an pour promouvoir leurs produits auprès de 25 000 médecins, subissent régulièrement les foudres des corps de contrôle de l’Etat et de la Sécurité sociale pour ces visites médicales.

Une étude menée par Cegedim, leader mondial des bases de données médicales, auprès d’un panel de 1000 médecins, a tenté d’analyser la pression exercée par les laboratoires sur la prescription médicale. L’étude révèle que cette pression tend à se réduire : entre 2005 et 2007, le nombre de visites médicales a chuté de 10 %.

Les pratiques des médecins vis-à-vis de la visite médicale vont du simple au décuple : un quart du panel limite le nombre de visites médicales à 54 par an, tandis qu’un peu plus de 15 % en reçoit 10 fois plus. Un médecin sur deux reçoit entre 5 et 10 visiteurs médicaux par semaine.

Plus le médecin est ouvert à la visite médicale, plus son éventail thérapeutique sera large : 360 médicaments distincts prescrits sur trois mois, contre 311 pour le médecin qui aura choisi de restreindre ses contacts avec les visiteurs médicaux.
Cette capacité à prescrire plus large des uns est corrigée par le fait qu’ils ne prescrivent pas plus : quel que soit le médecin ou la maladie, " le nombre de médicaments prescrits par patient ne dépasse pas en moyenne 3,5 produits par ordonnance ", note Jean-Claude Labrune, PDG de Cegedim. Mais plus le médecin ouvre sa porte aux visiteurs médicaux, plus il prescrit des " produits plus modernes ", pas " génériqués " et plus coûteux pour la Sécurité sociale. En cardiologie, un médecin ouvert aux visiteurs médicaux prescrira 57 % de médicaments commercialisés après 2001, contre 52,4 % pour un confrère moins ouvert.

Le surcroît de dépenses engendré par les médecins ouverts aux visiteurs reste toutefois limité : le coût moyen de l’ordonnance par patient est d’environ 31,1 euros pour le médecin à 54 visites médicales par an. Mais plus de la moitié des médecins reçoivent entre 250 et 584 visites médicales par an : le prix moyen de l’ordonnance est alors de 35,1 euros par patient.
 »

Cet article a fait l’objet d’une discussion animée sur la liste de diffusion du Formindep. Cette discussion a abouti à la rédaction d’un article de même valeur informative, mais sur un autre thème, que nous proposons à notre tour au journal le Monde :

L’impact de la torture sur l’obtention d’aveux est limité

« Les militaires américains, qui dépensent 3 milliards d’euros par an pour lutter contre le terrorisme, subissent régulièrement les foudres des associations de défense des droits de l’homme du fait de leur usage de la torture.

Une étude menée par la CIA, leader mondial de la lutte contre le terrorisme, auprès d’un panel de 1000 militaires américains, a tenté d’analyser la pression exercée par la torture sur les aveux. L’étude révèle que cette pression tend à se réduire : entre 2005 et 2007, le nombre de séances de torture a chuté de 10 %.

Les comportements des militaires vis-à-vis de la torture vont du simple au décuple : un quart du panel limite le nombre de séances par prisonnier à 54 par an, tandis qu’un peu plus de 15 % en pratique 10 fois plus. Un prisonnier sur deux est torturé entre 5 et 10 fois par semaine.

Plus le militaire est favorable à la torture, plus son inventivité sera large : 360 supplices distincts utilisés sur trois mois, contre 311 pour un militaire qui aura choisi de restreindre les séances de torture.

Cette capacité à varier les techniques des uns est corrigée par le fait qu’ils ne générent pas plus de douleur : quel que soit le militaire ou le prisonnier, " le nombre de procédés de torture utilisé par prisonnier ne dépasse pas en moyenne 3,5 par séance ", note Jean-Claude Labaignoire, directeur de la CIA. Mais plus le militaire pratique la torture, plus il utilise des "supplices plus modernes ", pas "banals " et plus coûteux pour l’armée. A Guantanamo, un militaire ouvert à la torture utilisera 57 % de supplices inventés après 2001, contre 52,4 % pour un militaire moins ouvert.

Le surcroît d’aveux obtenus par les militaires ouverts à la torture reste toutefois limité : le nombre moyen de renseignements obtenu sous la torture et par séance et par prisonnier est d’environ 31 pour le militaire à 54 séances de torture par prisonnier et par an. Mais plus de la moitié des militaires pratiquent entre 250 et 584 séances de torture par an : le nombre de renseignements obtenus est alors de 35,1 par prisonnier.

Yves Gobtout »

JPEG - 36.4 ko

CEGEDIM se présente comme le "leader mondial" de la gestion des relations des firmes pharmaceutiques avec leurs clients que sont les médecins, spécialiste de la gestion des données médicales à l’usage des visiteurs médicaux de l’industrie pharmaceutique.

Alors... travail de journaliste vérifiant les informations et les remettant dans leur contexte à propos d’un document de communication marketing ou "simple réécriture d’un communiqué de presse d’entreprise", comme l’écrit un abonné du journal sur le Forum Internet du Monde
" ?

Votre avis ?

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • jeudi 24 avril 2008 - par Anne Repondre

    L’impact de la torture sur l’obtention d’aveux est limité

    Bonjour,

    Bravo à Formindep pour cette brillante parodie !! ;o)

    Hélas, M. Yves Mimou a récidivé avec un article dans Le Monde daté du 24/04/2008 :
    ‘Une libéralisation de l’auto-médication ne menacerait pas l’officine’
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/04/24/une-liberalisation-de-l-automedication-ne-menacerait-pas-l-officine_1038000_3234.html#ens_id=1029751

    L’argumentation reprise cette fois est celle de ‘Smart Pharma Consulting’, société française comme son nom ne l’indique pas, qui définit ainsi sa mission :
    ‘Smart Pharma a pour but d’apporter de la valeur ajoutée à l’industrie pharmaceutique, et opère dans les 3 domaines complémentaires que sont la stratégie, la gestion et l’organisation’
    (source : http://www.smart-pharma.com/index.php/mission )

    On comprend bien que Smart Pharma ait tout intérêt à produire des ‘rapports’ contribuant à lever l’une des principales oppositions à la libéralisation de l’auto-médication en France : augmenter sur 3 ans le CA de l’industrie de 190MEUR, voilà qui serait une sacrée ’valeur ajoutée’pour ses clients :
    http://www.smart-pharma.com/index.php/clients

    En revanche, on peut s’étonner de voir un journaliste du Monde reprendre aussi systématiquement l’argumentaire de l’industrie, sans la moindre distance critique... Ainsi, l’auteur de se féliciter d’une hausse prévisible du chiffre d’affaires du médicament. Confronté plus souvent aux médicaments, le patient se découvrirait consommateur…
    ‘Super ! Le Tamalou, ils viennent de le sortir, il paraît qu’il est trop top ! Et en plus en promo ?! J’en veux !!’

    Pas une ligne sur l’impact qu’une augmentation de l’auto-médication pourrait avoir sur la santé et les finances publiques… Aujourd’hui déjà, des femmes enceintes prennent sans aucune conscience du risque des AINS qu’elles croient anodins, car en vente libre. Qu’en sera-t-il demain si l’offre en vente libre croît et en spécialités et en volumes ? Combien d’accidents médicamenteux ? L’idée ne semble pas effleurer M.Yves Mamou.

    Un article, ça va, 3 en moins de 2 semaines…

    Car il y en a un 3ème de la même veine... Un scoop qu’aucun autre journal ne semble avoir relevé... Mais heureusement M.Mamou est là pour nous apprendre, dans l’édition datée du 25/04/2008 :

    ‘Les laboratoires pharmaceutiques ont réussi à reconstituer leur capacité d’innovation’

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/04/24/les-laboratoires-pharmaceutiques-ont-reussi-a-reconstituer-leur-capacite-d-innovation_1037999_3234.html#ens_id=1038095

    Mais à chaque jour suffit sa peine...
    Bonsoir.

    • jeudi 24 avril 2008 - par Philippe FOUCRAS Repondre

      L’impact de la torture sur l’obtention d’aveux est limité

      Merci de cette info.

    • jeudi 24 avril 2008 - par Dominique DUPAGNE Repondre

      L’impact des firmes sur les journalistes du Monde

      Le Monde va mal, d’ailleurs, beaucoup d’observateurs pensent que ses jours sont comptés.

      Lorsque l’on fera le point sur les motifs de la disparition de cette institution, il ne faudra pas négliger de relever ces papiers complaisants et l’image désastreuse qu’ils donnent de leur support.

      Franchement, si c’est pour lire ça, le gratuit va très bien. Pourquoi payer pour lire de la publicité ?

      • samedi 26 avril 2008 - par Philippe FOUCRAS Repondre

        L’impact des firmes sur les journalistes du Monde

        Quand on est un media, qui faut-il satisfaire pour survivre, matériellement et éthiquement ?
        Celui qui paye pour lire (ou voir), ou celui qui paye pour être lu (ou être vu) ?

  • lundi 26 janvier 2009 - par marcb Repondre

    L’impact de la torture sur l’obtention d’aveux est limité

    Si je calcule bien, la différence d’efficacité entre un "petit tortionnaire" et un "tortionnaire moyen", serait de +11% ? Sachant que des études ultérieures montrent que les renseignements ainsi obtenus sont soient faux soient déjà obsolètes, la torture ne présente finalement aucune justifications pour la quête de renseignements.